Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 13:29

roms-place-republique-25-08-2013.jpgSylvie Lhoste

 

Paris, septembre, sous la pluie... Je pourrais écrire "Paris, août, sous la canicule" ou encore "Paris, décembre, sous la neige"... Le problème ne change que du point de vue de la météo et des maux qu'elle engendre. Des bébés, des enfants, des femmes et des hommes sont dehors 24h sur 24h. A peine posé un pied sur le territoire français de la capitale, lieu de leurs espérances, ils sont recensés. Dans le mois qui suit, on leur a déjà remis un ordre de quitter le territoire !


Non, l'Etat français ne leur apporte RIEN. Aucune aide si ce n'est au compte goutte un peu de consultations médicales. Pas de CMU, pas d'allocs, pas de justice, pas de quoi manger et à peine un tantinet d'hébergement d'urgence (qui fait défaut à tous les sans-abris).


A propos de l'hébergement d'urgence, celui dont Anne Hidalgo dit "qu'ils ne veulent pas", souvenez-vous qu'on ne leur propose le plus souvent que quelques nuités dans un hôtel au fin fond de la grande banlieue, très éloignées du RER, qu'ils regagnent cahin caha avec leurs bébés et leurs maigres possessions sous le bras. Que là bas, il n'y a rien à manger et personne à qui tendre le gobelet pour faire la manche...


Vous, qui me lisez : laisseriez vous un chat ou un chien (sur)vivre dans ces conditions ? Bien sur que non ! Alors pourquoi laisserions nous ces quelques membres d'un peuple en souffrance dans cet état ?

 

Chacun d'entre nous peut faire (au minimum) deux choses :

 

1) Contribuer à l'aide immédiate et urgente

2) Bien choisir son bulletin de vote en 2014

 

Merci à chacun...

 

« Les roms divisent le gouvernement »

C dans l'air 27 09 2013

 

Gilles Devers - Actualités du droit

roms_actualites-du-droit-1.jpgLe p’tit Valls s’est lâché : « Oui, il faut dire la vérité aux Français. Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation. C’est illusoire de penser qu’on règlera le problème des populations roms à travers uniquement l’insertion. Il n’y a pas d’autre solution que de démanteler ces campements progressivement et de reconduire ces populations à la frontière. Les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie, et pour cela il faut que l’Union européenne, avec les autorités bulgares et roumaines, puissent faire en sorte que ces populations soient d’abord insérées dans leur pays».

 

Ben oui, ils sont pas comme nous, alors impossible de les intégrer, et d’ailleurs ils ne le veulent pas, car ce sont des parasites. Alors, ils dégagent, on se retrouvera entre nous, et tout ira bien. C’est de la bonne xénophobie de bourrin, de Gauche. Anne Hidalgo patauge dans la même mélasse, en bavant que « Paris ne doit pas devenir un campement géant ».

 

Sarko avait ouvert le feu lors de son discours de Grenoble, le 30 juillet 2010, où il avait assimilé les Roms à la délinquance et lancé un plan national de punition collective par le dézingage des campements de fortune.

 

Lors de leur arrivée au pouvoir, Hollande et Valls avaient repris cette politique, ces deux nouilles n’ayant à la bouche que le mot de « fermeté », et rêvant de voir leur cote de popularité exploser devant les images de ces pauvres, délogés à coup de bulls, et embarquant leur paquetage dans un caddy… Quatre rapporteurs spéciaux de l’ONU avaient fait une déclaration solennelle depuis Genève, pour dire que la France bafouait les droits fondamentaux... Un million de Français vivent en Europe, mais 20.000 Roms, des citoyens européens, n’ont pas le droit de vivre en France: voilà où en est le Parti socialiste.

 

Comme pour tous les racismes, tout est faux dans le propos de Valls.

 

La France envahie…  Les chiffres donnés concordent pour dire que sont concernés 20.000 Roms en France, alors que deux Etats voisins, l’Espagne et l’Allemagne, connaissent des communautés Roms beaucoup plus importantes, respectivement 100 000 et 70 000, et ces deux pays ont parfaitement réussi l’intégration de ces populations. Sarko s’était aventuré à dire que Merkel elle aussi procédait à des évacuations de campements et il s’était pris une baston, car en Allemagne, ce genre de camps n’existe pas. On ne laisse pas des êtres humains vivre dans cette inhumaine insalubrité.

 

roms_actualites-du-droit-2.jpgPour réussir cette politique d'intégration, il faut régler trois points, comme ont su le faire l’Espagne et l’Allemagne.

 

1/ Permettre aux Roms de travailler, et un des obstacles sera levé  le 1° janvier 2014, fin de la période de restriction faisant suite à l’entrée de la Roumaine et de la Bulgarie dans l’Union européenne en 2007.

 

2/ Permettre la scolarisation des enfants, pour qu’ils apprennent la langue française, et c’est bien entendu impossible quand les familles sont chassées de leur logement plusieurs fois dans l’année.

 

3/ Leur permettre d’accéder à des logements décents, c'est-à-dire salubres et permettant la vie de famille.

 

Tout simplement. C’est un devoir de l’Etat, alors que le représentant de l’Etat se vautre dans les funestes, et si anciennes, diatribes xénophobes...  

 

Ces principes doivent être mis en œuvre dans le cadre d’une politique pragmatique, ajustée sur les réalités, et c’est tout le travail qu’a engagé le préfet Alain Reigner. Trop cher alors que l’argent manque ? Pas du tout répond Alain Reigner : « Ce n’est pas l’argent qui manque. Il y a par exemple le Fonds social européen qui met à disposition des milliards d’euros, pas dépensés aujourd’hui ».

 

Alors, que ces petits cafards xénophobes se la ferment… Ils violent le droit et nous font honte.    

 

Cette réinstallation de la xénophobie au cœur des problématiques sociales, et par la Gauche, pose des questions terribles… Pourquoi la société humaine évolue-t-elle si mal ? Pourquoi ne tient-elle pas compte des enseignements de l’histoire ? Pourquoi la Gauche conteste-t-elle les fondamentaux du droit européen ? Pourquoi la Gauche voit-elle son salut dans la dénonciation de la solidarité ? Pourquoi cette haine des pauvres ? Pourquoi la Gauche renonce-t-elle au principe d'égalité des êtres humains ? La Gauche a-t-elle encore une existence ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvie ASSE
commenter cet article

commentaires

Invitez A Nous Lire

  • : Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • : Un outil pratique né des premiers rassemblements de citoyens sur les réseaux sociaux, nés au coeur de l'hiver 2012.
  • Contact

SOUTENEZ NOS ACTIONS

Cliquez sur l'image

comment-pouvez-vous-soutenir-nos-actions.png

Chercher Un Article

J'AIME CET ARTICLE

Pour augmenter l'audience de

cet article cliquez sur le petit coeur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Merci !

 

Pour ajouter des fans à notre page

de liens Facebook, cliquez sur ce lien.

like.jpg

 

Merci !

 

 

Archives

page-accueil.png

QUI SOMMES-NOUS ?

En janvier 2012, marqué par la souffrance des sans-abris, des sdf et des exclus, un groupe d’internautes se constitue en association de fait baptisée « Collectif Entraides Citoyennes ». Pendant un an, il soutient des projets dédiés au secours d’urgence nés de l’initiative de particuliers et d’associations. Quinze mois plus tard, le collectif décide d’intensifier son action et de devenir une association loi 1901 afin d’étendre son champ d’action.

Objet :

L’association « Entraides Citoyennes » a pour objet de :
1) soutenir toutes les personnes physiques ou morales dans leurs actions au bénéfice des sans-abris, des sdf et des victimes de l’exclusion qui lui en font la demande par : la communication de leurs actions ; l’organisation, la participation ou la coordination d’opérations pour renforcer leurs moyens et leurs ressources ; la collecte et la redistribution de produits de première nécessité : vêtements, hygiène, nourriture, matériel, etc. ; tout autre moyen qui fera l’objet d’une convention

2) soutenir directement les sans-abris, les sdf et les victimes de l’exclusion par tous les moyens, en vue d’un exercice effectif de leurs droits fondamentaux,  notamment : prêt et don de produits de première nécessité ; défense de leurs droits, libertés et intérêts devant toute juridiction administrative, civile ou pénale

Déclaration en préfecture de Paris le 04 06 2013 - RNA n° W751220057 - Publication au JO du 15 06 2013, N° d'annonce : 1418, N° de parution : 20130024.

Membres du CA et du bureau

Bulletin d'adhésion