Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 02:17

Philippe Alain

l-incendie-a-detruit-la-moitie-du-camp-le-15-aout-2013-a-va.jpgDepuis leur arrivée au pouvoir les socialistes français se déchaînent contre les Roms qui constituent la plus importante minorité ethnique d’europe. Alors que leur nombre est stable et est évalué à environ 20 000 en France dont 10 000 sont des enfants, la moitié d’entre eux ont déjà été déplacés de leurs bidonvilles au cours des 8 premiers mois de l’année. Depuis quelques semaines, une nouvelle procédure est testée à Lyon pour pouvoir les expulser massivement vers la Roumanie.


Vaulx-en-Velin, 23 août 2013. 400 Roms occupent un terrain sur cette commune pauvre de l’est lyonnais. Parmi eux, plus d’une centaine vivent depuis une semaine sur les cendres de leurs cabanes détruites par un incendie. (1) Le préfet Carenco, nommé sous Sarkozy, confirmé sous Hollande en raison de sa capacité à appliquer la même politique, refuse de réquisitionner un lieu pour abriter les familles qui ont tout perdu. Les enfants dorment donc pendant une semaine par terre, au milieu des cendres, des détritus et des rats. Soucieux d’abréger leurs souffrances, le gouvernement socialiste décide d’expulser tout ce joli monde noirci par la fatigue, la fumée et les cendres une semaine plus tard.


FRANCE-ROMS-EVACUATION.JPGCe sont donc 400 personnes qui sont jetées sur le trottoir avec tout ce qu’elle possèdent, c’est-à-dire pas grand chose. Renseignements pris auprès de la Kommandantur, pardon de la préfecture, ce ne sont pas 400 personnes qui sont jetées comme des chiens, mais 300. Le terme de chien pour parler des Roms n’est même plus adapté. En France, on traite mieux les chiens que les Roms. 100 personnes, c’est-à-dire une grosse vingtaine de familles parmi lesquelles des nourrissons sont hébergées dans des hôtels. Tiens un peu d’humanité ? Ne rêvez pas… Il s’agit juste d’une manipulation dont les socialistes ont le secret pour déporter ces familles vers la Roumanie ni vu ni connu.


En effet, 7 jours après avoir été placés dans les hôtels, toutes les familles reçoivent une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français). Elle n’est pas belle l’hypocrisie des socialistes ? Ils poussent des cris de vierge effarouchée quand un hebdomadaire de droite titre sur les Roms (2), mais eux, ils tirent sur les Roms dans le dos.

Tout cela est fait de manière opaque et à la limite de la légalité. Mais plus rien ne doit nous étonner d’un gouvernement qui a nommé comme ministre du budget un homme qui cachait son argent en Suisse.


Pour démontrer que les Roms, citoyens de l’Union Européenne bénéficiant de la libre-circulation n’ont plus de droit au séjour, la préfecture leur offre donc l’hôtel et précise ensuite dans son OQTF « l’intéressé bénéficie à ce jour d’un hébergement d’urgence en structure hôtelière sur fonds publics faute de moyens d’existence ». Un vrai tour de passe-passe.

Plus de 75% des demandes d’hébergement d’urgence ne sont pourtant pas satisfaites en France (3), ce qui constitue une violation de l’article L 345-2-2 du Code de l’Action Sociale et des Familles ainsi qu’une violation d’une liberté fondamentale pour les familles en situation de détresse (Conseil d’Etat, 10 février 2012). Alors que dans le Rhône, les demandes d’hébergement d’urgence non satisfaites dépassent les 80%, sans que personne ne lui demande rien, le préfet donne donc un hébergement d’urgence à des Roms… Pour mieux créer les conditions de leur expulsion vers la Roumanie… En revanche, quand on demande au préfet de respecter la loi et d’héberger les familles en situation de détresse, il s’y refuse, y compris quand c’est la justice qui l’ordonne (4).


Mais la Kommandantur du Rhône a trouvé encore mieux pour déporter les Roms : l’assignation à résidence sans résidence.


Avant, mais ça c’était avant, le méchant Sarkozy n’hésitait pas à mettre les enfants en CRA (Centre de Rétention Administrative). Quand il attrapait une famille qui n’avait plus de droit au séjour, allez hop, au CRA et dans l’avion, direction la Roumanie. C’est simple, c’est clair, c’est du Sarkozy. Maintenant, avec Valls, Hollande et les socialistes, on poursuit exactement les mêmes objectifs : foutre dehors le maximum d’étrangers pour augmenter les statistiques, mais on n’ose plus l’assumer. Donc on triche, on truque, on détourne les lois. C’est pas grave, pas vu, pas pris, demandez à Cahuzac. La nouvelle méthode  pour déporter plus massivement les Roms vers la Roumanie et appliquer à la lettre le discours raciste de Manuel Valls est un trésor d’ingéniosité qui explique en partie pourquoi nos impôts ont une fâcheuse tendance à augmenter.


Par définition, une famille Rom qui vit dans un campement n’a pas de domicile fixe au sens propre du terme, ni même au sens sale. En tout cas, au sens juridique, on ne peut pas parler d’une résidence. Quand en plus cette famille à la mauvaise idée d’avoir 5 enfants, ça se complique pour les foutre dehors. On ne va pas mettre une famille avec des enfants aux centre de rétention sinon on va se faire traiter de fachos, même si Valls supporte de mieux en mieux la comparaison.


Pour éloigner un étranger en situation irrégulière, il n’y a que 3 solutions si on écarte la solution finale pas encore remise à l'ordre du jour.

Tout d’abord, l’expulsion immédiate, mais trouver 7 places dans un avion pour Bucarest c’est compliqué. Les socialistes sont en train de réfléchir à reprendre les voyages organisés en charter, mais chuut, il ne faut pas en parler, à moins qu’on renvoie les Roms en avions militaires qui seront disponibles si jamais les américains ne donnent pas l’ordre à Hollande d’attaquer la Syrie.


La seconde solution est le passage au centre de rétention en attendant de trouver 7 places dans un avion, mais ce n’est plus possible car on est socialistes. Même si on se prétend aussi nationaux, on ne veut pas faire exactement comme faisait Sarkozy, ça la foutrait trop mal. Et puis surtout, la France a été condamnée début 2012 par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour l’enfermement des enfants. (5) « Les conditions de vie des enfants des requérants, une fillette de trois ans et un bébé (...) ne pouvaient qu'entraîner une situation d'angoisse et de graves répercussions psychiques » précise la cour. Tu m’étonnes. Quand vous mettez derrière les barreaux de son lit votre bébé, il hurle, imaginez le derrière les barreaux d’une prison. Même étranger, un bébé reste un bébé rappellent les magistrats à la France.


Au passage, on ne soulignera jamais assez l’absurdité de cette politique reprise et améliorée par les socialistes puisque les Roumains, membres de l’Union Européenne, ont droit à la libre-circulation et reviennent quelques jours plus tard en France.

Revenons à notre petite famille. Manuel Valls veut absolument les déporter, mais il ne sait pas comment faire. Impossible de les renvoyer immédiatement, impossible de faire comme Sarkozy. Que reste-t-il ? Bingo, j’ai trouvé : l’article L 561-2 du CESEDA (6) : Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers et du Droit d’Asile.


Il existe en effet, pour les étrangers qui présentent des garanties suffisantes de représentation, autrement dit pour ceux qui ont des papiers et un domicile, une possibilité de les assigner à résidence le temps de préparer le voyage pour les foutre dehors. Mais vous allez me dire, notre famille Rom avec ses 5 enfants, si elle a des papiers, elle n’a pas de domicile puisqu’elle vit dans un bidonville… Et donc elle ne peut bénéficier du 561-2 du CESEDA. Et bien non, vous avez tort. La France, 5ème puissance mondiale, qui emprunte à 2,5 % sur les marchés internationaux, dont la santé économique et financière n’a jamais été aussi bonne est riche. Très riche. Bon, d’accord, avec nos impôts…


Notre famille Roms n’a pas de résidence ? C’est pas grave, on va lui en donner une.

Quoi ? Comment ? Et oui… Le préfet du Rhône, dans sa grande générosité, et avec l’argent du contribuable va tout simplement donner 2 chambres d’hôtel à la famille, lui créant ainsi une résidence, et les conditions d’une assignation à résidence. Elle est pas belle la vie ? Ok, ok, généralement, c’est du bas de gamme à 40 € la chambre. Mais quand il faut payer plusieurs chambres, avec les taxes de séjour (ne rigolez pas) on dépasse rapidement les 100 € par nuit. Des sources administratives qui souhaitent rester anonymes, et on les comprend, évoquent des chiffres qui peuvent dépasser les 200 € par nuit et par famille...


Incendie-camp-roms-vaulx-en-velin.jpgEt puis là ou c’est vraiment à mourir de rire ou de rage selon vos opinions, c’est que notre petite famille Rom, habituée depuis des années à s’entasser ensemble dans le même lit d’une cabane de 4 mètres carrés, ils ne savent pas gérer l’espace et ils n’occupent qu’une seule chambre. Donc des chambres sont payées par la préfecture, « sur fonds publics » comme l’écrit si bien le préfet lui-même dans ses OQTF, pour rien, car elle sont inoccupées.

Et encore, ça, c’est quand les familles jouent le jeu et vont à l’hôtel. Pour les autres qui n’ont aucune envie d’aller crever de faim, elles ne vont même pas du tout à l’hôtel… Ah oui, je ne vous ai pas dit. Le gouvernement socialiste ne leur offre pas la pension complète. Faut pas déconner. Donc, pas de repas, interdiction de cuisiner dans les chambres. Au bout de quelques jours, les familles ont le choix entre dormir dans un lit mais crever de faim ou retourner dormir dans un cabane sur un terrain pourri et nourrir leurs enfants. A votre avis, qu’est ce qu’elles font ?


Du coup, nos impôts servent à financer des chambres vides. On se consolera, ou pas, en se disant que ça fait marcher l’économie touristique. Vu la vitesse à laquelle on perd nos emplois industriels, si on ne fait pas tourner le secteur touristique à fond, on est morts. Vous me direz, il y a aussi le complexe militaro-industriel… Je sais, Hollande et Fabius font tout ce qu’ils peuvent pour leur passer des commandes.


Si on fait les comptes maintenant… L’assignation à résidence est notifiée pour une période de 45 jours. Même à 80 € pour 2 chambres dans du bas de gamme, on arrive à 3 600 €. Renouvelable une fois. Si on ramène au mois, ça nous donne du 2 400 € par mois. Pas mal, non ? L’équivalent du loyer d'un 80 m2 à Neuilly sur Seine ou d’un 200 m2 à la tête d’or à Lyon. Tout ça pour foutre dehors une famille qui reviendra 2 ou 3 jours plus tard.

Assigner à résidence des Roms qui n’ont pas de résidence pour mieux les expulser, c’est pas génial comme idée ? Si les socialistes mettaient toutes leurs idées de génie et l’argent du contribuable au service du redressement du pays, on se porterait beaucoup mieux, mais apparemment, ça rapporte plus, électoralement parlant, de taper sur les Roms voire les Syriens qui ne vivent pourtant pas aux portes de nos villes..


Dans un sondage paru cette semaine en prévision des municipales à Lyon, on apprend que Collomb, le maire sortant de droite mais avec une étiquette socialiste qu’il cache de plus en plus l’emporterait assez largement sur le vrai candidat de droite, Havard. On apprend surtout que la principale préoccupation des électeurs à l’occasion des municipales, ce n’est pas la construction de logements sociaux, le développement des infrastructures de transport en commun ou les grands projets. Pour 42% des électeurs, tenez-vous bien, ce qui les inquiète le plus … Ce sont les Roms…Une ville de 500 000 habitant va élire son premier magistrat avec comme principal critère de vote, le sort réservé aux Roms, c’est-à-dire, pour Lyon, environ 1 500 personnes dont la moitié d’enfants…


Le Pen l’a rêvé, Hollande et Valls l’ont fait.

Si d’aucuns en doutaient encore, les socialistes ne font pas qu’appliquer les idées racistes et discriminatoires que prônent l’extrême droite, ils en sont devenus l’un des principaux vecteurs. A la veille des municipales, ils ont donc décidé de déporter massivement le maximum de familles Roms tout en sachant parfaitement qu’elles reviendront quelques jours plus tard.


Ne me demandez pas quel est l’objectif de cette politique raciste et discriminatoire qui viole les lois françaises, européennes et internationales. A part Valls qui doit viser le poste de premier ministre de Marine Le Pen en 2017, et Hollande qui devrait bientôt proposer à L’ONU des frappes aériennes sur la Roumanie pour maltraitance de ses populations Roms, tout cela n’a absolument aucun sens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvie ASSE
commenter cet article

commentaires

Invitez A Nous Lire

  • : Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • : Un outil pratique né des premiers rassemblements de citoyens sur les réseaux sociaux, nés au coeur de l'hiver 2012.
  • Contact

SOUTENEZ NOS ACTIONS

Cliquez sur l'image

comment-pouvez-vous-soutenir-nos-actions.png

Chercher Un Article

J'AIME CET ARTICLE

Pour augmenter l'audience de

cet article cliquez sur le petit coeur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Merci !

 

Pour ajouter des fans à notre page

de liens Facebook, cliquez sur ce lien.

like.jpg

 

Merci !

 

 

Archives

page-accueil.png

QUI SOMMES-NOUS ?

En janvier 2012, marqué par la souffrance des sans-abris, des sdf et des exclus, un groupe d’internautes se constitue en association de fait baptisée « Collectif Entraides Citoyennes ». Pendant un an, il soutient des projets dédiés au secours d’urgence nés de l’initiative de particuliers et d’associations. Quinze mois plus tard, le collectif décide d’intensifier son action et de devenir une association loi 1901 afin d’étendre son champ d’action.

Objet :

L’association « Entraides Citoyennes » a pour objet de :
1) soutenir toutes les personnes physiques ou morales dans leurs actions au bénéfice des sans-abris, des sdf et des victimes de l’exclusion qui lui en font la demande par : la communication de leurs actions ; l’organisation, la participation ou la coordination d’opérations pour renforcer leurs moyens et leurs ressources ; la collecte et la redistribution de produits de première nécessité : vêtements, hygiène, nourriture, matériel, etc. ; tout autre moyen qui fera l’objet d’une convention

2) soutenir directement les sans-abris, les sdf et les victimes de l’exclusion par tous les moyens, en vue d’un exercice effectif de leurs droits fondamentaux,  notamment : prêt et don de produits de première nécessité ; défense de leurs droits, libertés et intérêts devant toute juridiction administrative, civile ou pénale

Déclaration en préfecture de Paris le 04 06 2013 - RNA n° W751220057 - Publication au JO du 15 06 2013, N° d'annonce : 1418, N° de parution : 20130024.

Membres du CA et du bureau

Bulletin d'adhésion