Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 15:10

tradition-chasse-roms-chaob.jpgMediapart a récemment mis en ligne une pétition demandant au gouvernement de mettre fin aux démantèlements des camps de Roms. Les signataires sont principalement des intellectuels de gauche.


Cette initiative salutaire révèle le fossé qui se creuse de plus en plus entre, d’une part, les hommes et femmes qui portent réellement les idéaux de gauche et, d’autre part, les représentants d’une gauche politique et parlementaire, celle du pouvoir.

 

C’est également une occasion de nous questionner sur ce qui, plus que les valeurs de solidarité, président aux choix et actions de nos dirigeants.


Yann Benoist | Anthropologue - 24 09 2012

 

Deux ans après le discours de Grenoble :
A quand le changement ?


Roms-Lyon---Lyon-capitale.jpg« Je souhaite que, lorsqu’un campement insalubre est démantelé, des solutions alternatives soient proposées. On ne peut pas continuer à accepter que des familles soient chassées d’un endroit sans solution. Cela les conduit à s’installer ailleurs, dans des conditions qui ne sont pas meilleures. »


C’est en ces termes que le Président de la République, François Hollande, alors candidat à l’élection présidentielle, s’était exprimé le 27 mars 2012 lorsque Romeurope l’avait interpellé sur la situation des Roms en France. Cependant, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, annonce la poursuite du « démantèlement de campements », tout en reconnaissant que ce n'est pas une réponse satisfaisante. Les engagements de François Hollande avaient fondé de grands espoirs au sein de l’ensemble des associations et des intéressés eux-mêmes qui attendaient un vrai changement de politique.


Roms-Marseille-le-point.JPGPartout en France les évacuations des lieux de vie se poursuivent, comme à Aix en Provence, à Saint Etienne, à la Tronche… sans solutions alternatives, abandonnant à nouveau des hommes, des femmes et des enfants à la rue, dans une précarité toujours plus grande. Ces pratiques actuelles ne sont conformes en rien aux engagements du Président de la République d'un changement de politique plus respectueuse des droits de l’Homme et de la dignité.


Des solutions sont possibles, des expérimentations sont déjà menées par des collectivités territoriales et des associations, et plusieurs sont volontaires pour travailler à des réponses durables et efficaces. Elles n’attendent plus que le soutien de l'Etat.


Le Collectif National Droits de l’Homme Romeurope et la FNARS demandent donc au gouvernement :
- l'arrêt de toute évacuation de lieux de vie sans proposition d’hébergement ou de relogement avec un traitement individualisé des situations,
- l’accès effectif au droit commun : droit à la protection sociale, droit à l’éducation, accès aux soins, et à la protection de la santé.
- la levée des mesures transitoires qui limitent l’accès au marché du travail et à la formation professionnelle des ressortissants roumains et bulgares de manière discriminatoire (comme vient de le décider l'Irlande). L’accès à un emploi et à la formation professionnelle sont la première des conditions nécessaires à l’intégration de ces ressortissants européens.


Contacts presse :
Lola Schulmann, CNDH Romeurope : 06 35 52 85 46
Stéphane Delaunay, FNARS : 01 48 01 82 32 / 06 18 88 13 30
Céline Figuière, FNARS : 01 48 01 82 06

 

 

Collectif National Droits de l’Homme Romeurope


ABCR (Association Biterroise Contre le Racisme) – ALPIL (Action pour l’insertion sociale par le logement) – AMPIL (Action Méditerranéenne Pour l’Insertion sociale par le Logement) – ASAV (Association pour l’accueil des voyageurs) – ASEFRR(Association de Solidarité en Essonne avec les familles roumaines et rroms) – Association Solidarité Roms de Saint-Etienne – CCFD-Terre Solidaire (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement) – LA CIMADE (Comité intermouvements auprès des évacués) – CLASSES (Collectif Lyonnais pour l’Accès à la Scolarisation et le Soutien des Enfants des Squat) – FNASAT-Gens du voyage – Habitat-Cité – Hors la Rue – LDH (Ligue des Droits de l’Homme) –MDM (Médecins du Monde) – Mouvement catholique des gens du voyage – MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) – ROMAQUITAINE – Rencontres tsiganes – RomActions – Romeurope 94 – Secours catholique (Caritas France) – SICHEM (Service de Coopération Humanitaire pour les Etrangers et les Migrants) – Une famille un toit 44 – URAVIF (Union régionale des associations pour la promotion et la reconnaissance des droits des Tsiganes et des Gens du voyage d’Ile-de-France)
Et le Comité de soutien de Montreuil, le Comité de soutien 92 Sud, le Collectif nantais Romeurope, le Collectif de soutien aux familles rroms de Roumanie, le Collectif Rroms des associations de l’agglomération lyonnaise, le Collectif Romyvelines, le Collectif de soutien aux familles roms de l’agglomération orléanaise, le Collectif des sans-papiers de Melun, le Collectif solidarité Roms et gens du voyage du Nord.
Paris,

 

 

SOURCE/ ROMEUROPE/ FNARS

31 07 2012

 

 

Entre 100 et 150 Roms vivaient dans ces camps. Deux ont été relogés.

Des campements abritant entre 100 et 150 Roms dans trois villes de Seine-et-Marne ont été évacués jeudi et seulement deux personnes ont été relogées, a indiqué la préfecture. Le démantèlement de quatre «groupements» sur trois sites, à Champs-sur-Marne, Chelles et Bussy-Saint-Georges, «a pour objectif de faire exécuter des ordonnances» de la justice dans ce sens, a-t-on assuré à la préfecture.

«Ces camps sont dans des situations sanitaires et d’hygiène extrêmement limites, à la fois pour les personnes elles-mêmes et les populations vivant aux environs», a-t-on fait valoir.

Selon Romain Gerland, coprésident de l’association Turbulences Marne-la-Vallée, qui venait en soutien à la vingtaine d’habitants du campement de Champs-sur-Marne, de nombreux habitants souffrent de sérieux problèmes de santé. «Une majorité de ces personnes est très malade. Elles étaient suivies (...) Maintenant, tout cela va cesser car on ne saura pas où les trouver», a regretté Romain Gerland auprès de l’AFP.

«Nous avons des bus mis à disposition par la Croix-Rouge pour les emmener vers des logements d’urgence, mais on n’a pas le pouvoir de contraindre les gens», avait indiqué la préfecture dans la matinée, affirmant que «cela permet de mettre ces personnes au chaud, à l’abri, d'être vues par les services sociaux».

Finalement, seulement deux personnes ont été relogées, a précisé la préfecture jeudi après-midi. La vingtaine de Roms de Champs-sur-Marne, appartenant tous à la même famille, a refusé. «On leur proposait des logements très éloignés les uns des autres, à Torcy et Coulommiers notamment, et ça voulait dire qu’ils ne recevraient plus leurs médicaments», a expliqué Romain Gerland.

 

Libération 20 09 2012

 

 


La police est intervenue mardi matin sur un terrain de Saint-Priest pour expulser environ 180 Roms.

Après Evry lundi, la police à démantelé mardi matin un campement de Roms à Saint-Priest, dans le Rhône, à la suite d'une décision de justice dénoncée par plusieurs militants associatifs.

Vers 07h30 mardi matin une quinzaine de cars de CRS ont investi ce campement, un terrain vague situé à proximité des anciennes usines Berliet, aujourd'hui Renault Trucks, implanté au bord du parc de Parilly. Selon la préfecture du Rhône, il y avait 121 personnes sur place dont 74 adultes et 47 mineurs, tandis que ces derniers jours ce terrain accueillait environ 180 Roms.


Plainte pour occupation illicite

Cette expulsion, a-t-elle ajouté, fait suite à une décision de justice. Dans le milieu de matinée des pelleteuses s'apprêtaient à raser les tentes et abris de fortune. Selon Gilberte Renard, militante d'un collectif de soutien aux enfants des squats et membre de la Ligue des droits de l'Homme (LDH), "ces Roms se sont regroupés là depuis plusieurs mois, après avoir déjà été expulsés de droite et gauche, il y a plein d'enfants et de nouveau-nés".

Contactée par l'AFP, Martine David, la maire (PS) de Saint-Priest a de son côté expliqué que ce terrain appartient à l'aménageur de la ZAC Berliet, qui avait déposé plainte pour occupation illicite, ayant abouti à un référé ordonnant l'expulsion.

Selon une source proche du dossier, son propriétaire est le promoteur immobilier Nexity. La ZAC Berliet a notamment pour objectif de créer des zones d'activités et des habitations sur cette vaste zone industrielle.


"C'est catastrophique au plan humain"

"On tourne en rond, on n'arrive pas à avoir de solution d'hébergement pérenne. La ville de Saint-Priest est très étendue -3.000 hectares- et je sais qu'il y aura à nouveau des risques d'autres occupations", a souligné Martine David.

"C'est catastrophique au plan humain, on est complètement démunis face à ce genre de situation", a-t-elle ajouté, appelant les autorités à "poursuivre au niveau européen les négociations avec le gouvernement roumain, et appuyer sur l'accélérateur".

Ces Roms avaient investi ce terrain au début du printemps, et à ce jour la maire dit n'avoir aucune solution de relogement. La préfecture n'a pas souhaité communiquer davantage sur le sujet.


"On passe pour des rigolos!"

"Ce qui se passe en ce moment c'est pire que sous la droite et Sarkozy, ils ne respectent pas les promesses du candidat Hollande alors qu'ils viennent de faire une réunion interministérielle", a déploré Jean-Philippe, militant associatif.

Une autre organisation, Médecins du Monde, qui assurait un suivi sanitaire et social du campement a fait part de sa vive "déception".

"La semaine dernière nous avons eu une réunion avec le préfet chargé de l'égalité des chances et le Grand Lyon, notamment pour essayer de trouver des solutions alternatives, et le préfet nous a dit en off qu'il n'y aurait pas d'expulsion à Saint-Priest", a relaté un membre de MDM.

L'ONG était même allée sur ce terrain ces derniers jours pour rassurer les Roms: "on passe pour des rigolos!", s'est ainsi insurgée une autre source à l'ONG.

 

Europe 1

 


La police a démantelé mercredi matin, en application d'une décision de justice selon la préfecture, des campements de Roms à Stains (Seine-Saint-Denis), où vivaient plusieurs centaines de personnes, a constaté l'AFP. Selon la préfecture, "l'évacuation a pris fin vers 9 heures sur un terrain en situation d'insalubrité importante et appartenant à une collectivité, en pleine rénovation urbaine". Ce campement est composé de plusieurs parcelles, mais "toutes n'ont pas été évacuées", a précisé le collectif Romeurope. Environ "500 personnes", selon la préfecture, ont été évacuées par la police, sans incident. Les associations présentes sur le terrain évoquent "entre 400 et 500 personnes". Certains Roms avaient commencé à quitter les lieux sans attendre l'arrivée de la police.

"Ces derniers mois, les tensions avec les riverains qui comprennent de moins en moins pourquoi les pouvoirs publics laissent perdurer cette situation, dans des villes déjà marquées par de nombreuses difficultés, n'ont fait que s'aggraver", ont dénoncé la mairie de Stains et la communauté d'agglomération de Plaine Commune, regroupant huit communes, dans un communiqué commun. Selon elles, "les expulsions sans solution durable ne règlent pas les choses" et "précarisent encore un peu plus les familles", ont-elles poursuivi. Elles ont expliqué notamment avoir exigé de manière constante qu'une table ronde régionale soit "organisée sous la responsabilité du préfet de région afin que l'insertion des familles vivant en bidonvilles soit envisagée au niveau de la métropole pour ce qui concerne l'Ile-de-France et que les élus locaux ne soient plus laissés seuls face à la gestion complexe des campements sur leur territoire".

Mercredi en milieu de journée, des bulldozers avaient commencé à détruire des baraques, formant des amas de planches, tôles et bâches en plastique en contrebas d'un immeuble flambant neuf, a constaté une journaliste de l'AFP. Des bidonvilles où vivent d'autres Roms restaient debout juste à côté. Selon Joan, qui habite un de ces bidonvilles attenants, les Roms évacués "n'ont pas reçu de proposition d'hôtel pour dormir". Selon la préfecture, les habitants de ce camp, dont de nombreux enfants et des nouveau-nés selon des associations, "n'ont pas accepté les propositions soit de relogement soit de départ volontaire". Pour Grégoire Cousin, de l'association European Roma Rights Center, "en Seine-Saint-Denis, il y a des expulsions très régulières". Au moins une tous les dix jours, selon lui.

 


Le point  - 20 08 2012

 

 


La justice a ordonné mercredi, à la demande notamment de la municipalité, l'expulsion d'environ 200 Roms à Marseille, dont une centaine installés dans le quartier de la Madrague-Ville (15e arrondissement), près d'une unité d'hébergement d'urgence (UHU). Selon l'ordonnance de référé portant sur la Madrague dont l'AFP a obtenu copie, le tribunal de grande instance a estimé l'expulsion "justifiée puisqu'elle permet de mettre fin à un trouble manifestement illicite".

"Si le droit à l'hébergement d'urgence a bien été consacré comme une liberté fondamentale par les juridictions administratives et que, de ce fait, il appartient aux autorités de l'État de mettre en oeuvre ce droit reconnu par la loi à toute personne en situation de détresse (...), force est de constater que la Ville de Marseille et la société Sofilo (propriétaires des parcelles occupées, NDLR) ne sont pas juridiquement débitrices de ce droit au logement", relève le tribunal.

Fermeté

Début août, vingt familles roms avaient dû quitter cette UHU, où elles étaient accueillies jour et nuit depuis un an, à la suite de leur expulsion des pelouses de la Porte d'Aix, à l'entrée de la ville. Dans une autre décision rendue mercredi, la justice a ordonné l'expulsion de 46 Roms et de leurs proches installés boulevard de Plombières, dans le 14e arrondissement de Marseille, rejetant une demande de délai.

La semaine dernière, le TGI d'Aix-en-Provence avait accordé un répit de trois mois à 200 Roms occupant un terrain privé de Velaux (Bouches-du-Rhône), dont le propriétaire avait demandé l'expulsion, selon la représentante de l'association Rencontres tsiganes, Caroline Godard.

Depuis l'été, les évacuations de campements illégaux se succèdent en France, où sont accueillis environ 15 000 Roms, selon les associations. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, soumis à de nouvelles critiques de défenseurs des droits de l'homme, a campé mardi sur sa ligne de "fermeté", à la veille d'une visite officielle ce mercredi en Roumanie.

 

Le Point - 12 09 2012

 

Click here to find out more!

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvie ASSE
commenter cet article

commentaires

Invitez A Nous Lire

  • : Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • : Un outil pratique né des premiers rassemblements de citoyens sur les réseaux sociaux, nés au coeur de l'hiver 2012.
  • Contact

SOUTENEZ NOS ACTIONS

Cliquez sur l'image

comment-pouvez-vous-soutenir-nos-actions.png

Chercher Un Article

J'AIME CET ARTICLE

Pour augmenter l'audience de

cet article cliquez sur le petit coeur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Merci !

 

Pour ajouter des fans à notre page

de liens Facebook, cliquez sur ce lien.

like.jpg

 

Merci !

 

 

Archives

page-accueil.png

QUI SOMMES-NOUS ?

En janvier 2012, marqué par la souffrance des sans-abris, des sdf et des exclus, un groupe d’internautes se constitue en association de fait baptisée « Collectif Entraides Citoyennes ». Pendant un an, il soutient des projets dédiés au secours d’urgence nés de l’initiative de particuliers et d’associations. Quinze mois plus tard, le collectif décide d’intensifier son action et de devenir une association loi 1901 afin d’étendre son champ d’action.

Objet :

L’association « Entraides Citoyennes » a pour objet de :
1) soutenir toutes les personnes physiques ou morales dans leurs actions au bénéfice des sans-abris, des sdf et des victimes de l’exclusion qui lui en font la demande par : la communication de leurs actions ; l’organisation, la participation ou la coordination d’opérations pour renforcer leurs moyens et leurs ressources ; la collecte et la redistribution de produits de première nécessité : vêtements, hygiène, nourriture, matériel, etc. ; tout autre moyen qui fera l’objet d’une convention

2) soutenir directement les sans-abris, les sdf et les victimes de l’exclusion par tous les moyens, en vue d’un exercice effectif de leurs droits fondamentaux,  notamment : prêt et don de produits de première nécessité ; défense de leurs droits, libertés et intérêts devant toute juridiction administrative, civile ou pénale

Déclaration en préfecture de Paris le 04 06 2013 - RNA n° W751220057 - Publication au JO du 15 06 2013, N° d'annonce : 1418, N° de parution : 20130024.

Membres du CA et du bureau

Bulletin d'adhésion