Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 05:53

Melissa.jpgEn acceptant la Roumanie et la Bulgarie en son sein, l'Europe n'a posé aucune condition concernant le traitement réservé aux roms par ces pays où leur quotidien ne se conjugue qu'autour de la survie.

 

C'est donc en France - qui sculpte Liberté, Egalité et Fraternité sur tous ses frontons républicains - que se concentrent pour 17 000 d'entre eux les vains espoirs d'une vie meilleure.

 
C'est dans notre « beau » pays que l'innacceptable est le lot quotidien de ces personnes auxquelles l'accès à l'intégration est pavé d'embûches...

 
C'est dans notre pays qui ose se targuer du respect des Droits de l'homme que l'Etat désigne les étrangers - les roms en particulier - comme les boucs émissaires de la crise...

C'est dans notre pays qui n'a jamais bien su accepter le bénéfice de ses métissages succesifs qu'on organise avec, au mieux un manque de réaction et au pire les encouragements des "nationaux de souche", des expulsions barbares et coûteuses au lieu de faire appel aux subventions européennes...*
  

C'est ici en France qu'un tordu peut jeter des produits corrosifs sur des personnes pour les faire fuir de l'abri trouvé par un auvant au pied de son immeuble sans se retrouver immédiatement en préventive ; qu'on laisse des riverains expulsés de leur cités jalouser le camp d'une cinquantaine de roms et y mettre le feu ; qu'on laisse Melissa brûler vive dans un bidonville sans qu'on ait cherché à en améliorer l'hygiène et à y apporter l'eau à défaut de bâtir des lieux d'accueils décents...

Nous n'avons plus de mots pour décrire l'horreur née de notre impuissance de bénévoles à ne pouvoir faire beaucoup plus que d'aider, si peu, matériellement et moralement, ces familles. L'horreur d'en voir tant souffrir jusqu'à en périr sans d'autres réactions que quelques unes de journaux...

L'horreur de ne pouvoir offrir à Mélissa et à tous les autres que cette page pour contribuer à ce qu'ils ne tombent pas dans l'oubli confortable de la "bonne" conscience collective.


Membres de la communauté Rom, parents et proches, associations, riverains et élus ont marché en silence derrière une grande banderole indiquant "Nous nous souvenons de toi Mélisa" jusqu'à l'école primaire Marie-Curie où était scolarisée la fillette. La marche emmenée par la directrice de l'école Véronique Decker a été marquée par plusieurs évanouissements et malaises des proches de la fillette.

 

Il y a cinq ans, Diego, un garçonnet d'origine roumaine de 7 ans, était mort dans les mêmes circonstances à Bobigny. "La mort d'un enfant ne peut laisser personne indifférent. Nous devons nous mobiliser pour dire que ça suffit, que nous n'en pouvons plus. Il faut permettre que chacun d'entre nous puisse vivre dans un logement digne", a déclaré au bord des larmes Mme Decker.

 

Scolarisée depuis un an dans cette école de Bobigny, Mélisa, "cette toute mignonne petite fille, commençait à apprendre à lire et à écrire en français", a ajouté la directrice. "Il y a urgence à éradiquer les bidonvilles dans un pays aussi riche que le nôtre. Il ne faut plus que ça arrive", a renchéri la maire PCF de Bobigny, Catherine Peyge, "en colère". Réclamant "un après Bobigny", l'élue, qui rencontrera mardi un des conseillers spéciaux de la ministre du Logement Cécile Duflot, demande au gouvernement que "les citoyens européens qui vivent dans les bidonvilles aient droit, comme tous les citoyens français, à un toit".

 

ce-qui-reste-du-camp-de-Bobigny---hommage-a-Melissa---Cath.jpg

« C'est tout ce qui reste de la partie ou il y a eu l'incendie, là ou la famille était installée, avec le poêle dans lequel chaque soir les derniers habitants du camp vont mettre des bougies en mémoire de la petite... » - Catherine Gaudin

 

Marche-silencieuse-hommage-a-Melissa---sa-maman---Catherin.jpg

« J'ai du mal à publier cette photo mais je le fais dans l'espoir que peut être on comprendra la douleur de cette femme qui vient de perdre sa petite fille et qu'il est temps de faire quelque chose en France pour une telle misère ». - Catherine Gaudin

 

 

 

*Depuis 2007, 53 projets d’insertion dirigés vers les gens du voyage ou vivant en campements (donc pas uniquement des Roms) ont été cofinancés par le FSE, un engagement total de... 4 millions d’euros sur une enveloppe globale de 1,669 milliard. Plus inquiétant, selon la commission, uniquement 900 millions d’euros de dépenses avaient été déclarés par la France en juillet 2013. Autrement dit : il reste de la marge pour utiliser les fonds du FSE.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvie ASSE
commenter cet article

commentaires

Invitez A Nous Lire

  • : Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • : Un outil pratique né des premiers rassemblements de citoyens sur les réseaux sociaux, nés au coeur de l'hiver 2012.
  • Contact

SOUTENEZ NOS ACTIONS

Cliquez sur l'image

comment-pouvez-vous-soutenir-nos-actions.png

Chercher Un Article

J'AIME CET ARTICLE

Pour augmenter l'audience de

cet article cliquez sur le petit coeur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Merci !

 

Pour ajouter des fans à notre page

de liens Facebook, cliquez sur ce lien.

like.jpg

 

Merci !

 

 

Archives

page-accueil.png

QUI SOMMES-NOUS ?

En janvier 2012, marqué par la souffrance des sans-abris, des sdf et des exclus, un groupe d’internautes se constitue en association de fait baptisée « Collectif Entraides Citoyennes ». Pendant un an, il soutient des projets dédiés au secours d’urgence nés de l’initiative de particuliers et d’associations. Quinze mois plus tard, le collectif décide d’intensifier son action et de devenir une association loi 1901 afin d’étendre son champ d’action.

Objet :

L’association « Entraides Citoyennes » a pour objet de :
1) soutenir toutes les personnes physiques ou morales dans leurs actions au bénéfice des sans-abris, des sdf et des victimes de l’exclusion qui lui en font la demande par : la communication de leurs actions ; l’organisation, la participation ou la coordination d’opérations pour renforcer leurs moyens et leurs ressources ; la collecte et la redistribution de produits de première nécessité : vêtements, hygiène, nourriture, matériel, etc. ; tout autre moyen qui fera l’objet d’une convention

2) soutenir directement les sans-abris, les sdf et les victimes de l’exclusion par tous les moyens, en vue d’un exercice effectif de leurs droits fondamentaux,  notamment : prêt et don de produits de première nécessité ; défense de leurs droits, libertés et intérêts devant toute juridiction administrative, civile ou pénale

Déclaration en préfecture de Paris le 04 06 2013 - RNA n° W751220057 - Publication au JO du 15 06 2013, N° d'annonce : 1418, N° de parution : 20130024.

Membres du CA et du bureau

Bulletin d'adhésion