Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 23:06

 Sylvie Lhoste - Entraides-Citoyennes

Marc Melki - Photographe

 

c-Marc-Melki_roms_Paris_2013_1.jpg

Marc Melki est photographe de presse. De Libé aux Inrocks en pasant par Le Monde, Télérama ou le Nouvel Obs, son objectif nous ouvre les yeux sur ce que nous ne savons pas toujours voir par nous-même... Ce que nous évitons peut-être même de voir...

 

Comme ces familles roms que Marc photographie au petit matin depuis des mois. Endormies sur le carton qui constitue leur seule demeure...

Des familles qui (sur)vivent ici dans une misère d'un autre âge qui fait honte à la France. Mais qui persistent à y venir parce qu'elles sont en quête de possibilités d'intégration qu'on leur refuse là d'où elles viennent.

 

Une misère d'un autre âge disais-je... Un nouveau "génocide moderne" devrais-je dire. Qui fait écho à celui qui sera commémoré à Auschwitz * le 2 août prochain sans qu'on sache si le président de la République François Hollande ira y représenter les valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité dont ose se targuer notre pays bien qu'elles soient tout aussi absentes de ces photos que des trottoirs parisiens ou des dizaines de campements évacués de semaines en semaines...

 

« Je tiens à vous alerter (à nouveau) sur la situation catastrophique de familles échouées dans Paris, dans le quartier de la Bastille, bd Richard Lenoir, rue de la Roquette... » dit Marc. « Cela fait plus d’un an qu’elles dorment dans des cabines téléphoniques, des Abribus, sur des matelas de fortune ou à même le sol, à ciel ouvert, en plein Paris, sans l’aide de personne ou presque. Une sorte d'interminable sit-in ou de bed-in qui provoque effroi et désolation. Eté, printemps, automne, hiver... Ces enfants ne sont évidemment pas scolarisés. Ils passent leur journée à ne rien faire, à jouer ou traîner… Lorsqu’il pleut, ils patientent, parfois des heures durant, dans leurs minuscules abris.Certains font les poubelles, fument des mégots, sont victimes de violences. »

 

Et comme si cela ne suffisait pas, ces familles se font parfois voler le peu de biens indispensables offerts par les passants et les maraudeurs ! Jusqu'aux chaussures et aux pauvres petits jouets des enfants... Pour nous maraudeurs, l'aide aux sans-abris est un perpétuel recommencement uniquement permis grâce aux dons des particuliers et de quelques associations. Des dons qui sont toujours insuffisants, surtout l'été !

 

« On les voit mendier dès l’âge de 3 ou 4 ans. Ce scandale politique et social, je n’ai cessé de le dénoncer depuis que j’ai commencé à photographier ces familles, pendant leur sommeil, il y a maintenant un an. Nous voilà en été 2013 et la situation reste inchangée, pour combien de temps encore? Ces adultes, ces enfants en danger, sont pour la plupart des Roms, et sont traités par les pouvoirs publics comme une sous-classe, une caste invisible laissée à l'abandon…»

 

Oui, oui ! C'est bien dans notre pays qu'on trouve des bébés de quelques semaines, des enfants, des adultes et des vieillards livrés à une telle précarité ! Même dans un pays "en crise" comment est-il encore possible de ne pas tendre la main ? De contourner pour ne pas avoir à y penser ces corps livrés aux intempéries, à la malnutrition, à l'attente sans fin de ce à quoi chacun devrait pouvoir prétendre : des conditions de vie décentes !

 

« Force est de constater que le gouvernement de François Hollande et la Mairie de Paris de Bertrand Delanoë ne font pas grand chose pour leur venir en aide, bien au contraire. Pendant ce temps, la droite extrême et l'extrême-droite se frottent les mains... Que sont devenus les droits de l'enfant en France ? Tous les coups de main sont permis pour faire bouger les choses, ne plus voir ces enfants dormir dans la rue ! Médias, réseaux sociaux, amis, politiques, artistes, associations, avocats, intellectuels... Faites tourner ! Restons dignes et indignés ! » conclue Marc Melki.

 

Vous pouvez si vous le souhaitez venir en aide MAINTENANT à ce peuple en quête d'intégration en ouvrant les yeux sur ces êtres qui pourraient être vos enfants, vos soeurs, vos frères, votre mère ou votre grand-père !

 

Vous pouvez également faire un don à notre association qui leur rend visite chaque semaine...

 

Cliquez pour découvrir le détail des besoins

soutenez nos actions

 

 

 

 

 

 

 

c-Marc-Melki_roms_Paris_2013_3.jpg

 

 

 


*La Voix des Rroms a invité le président de la république à commémorer le génocide des tsiganes le 2 août prochain à Auschwitz. François Hollande rejoindra-t-il à cette occasion  Martin Schulz, président du parlement européen ? Lancée sous forme de lettre ouverte le 24 juin, en même temps que la campagne anti gens du voyage de Christian Estrosi, l’invitation de la Voix des Rroms n’a pas encore rencontré de réponse venant de la présidence ou des médias.

 

Internet doit permettre à tout ceux qui souhaitent que les choses évoluent de porter haut cette invitation et l'indignation.


 

 

Saimir MILE, Président

Pierre CHOPINAU, Responsable des relations internationales

de La voix des rroms

Monsieur le Président,

 

Il est des hommes et des femmes qui ont longtemps fait du silence et de l’oubli le moyen de sauver leurs enfants de l’Histoire. Car il est des crimes dont la mémoire laisse à jamais sur la figure des victimes la signature monstrueuse des bourreaux.

Dans quel état ces enfants seraient parvenus jusqu’au siècle dernier avec les poignets et les chevilles enflés, bleuis et ensanglantée par les fers qui entravent les pères « bohémiens », déportés aux galères par une ordonnance de Colbert, tandis que les mères sont tondues et enfermées dans les hospices du Royaume de France ?


Dans quel état ces enfants seraient parvenus jusqu’au siècle dernier avec les reins meurtris, le sein flétri par les fouets et les fers des propriétaires moldaves d’esclaves « Tziganes » ? Dans quel état seraient-ils parvenus, la langue tranchée, l’oreille coupée par les armes des gens de Torquemada, inquisiteur, qui croit anéantir ainsi l’esprit des « Gitanos » d’Espagne; et le cou brisé par les cordes des polices de Frédéric Guillaume Premier qui entreprend de pendre tous les « Zigeuner » de Prusse ?


Ainsi ceux-là, Monsieur le Président, ont traversé la violence des siècles en redonnant chaque fois leurs enfants à un monde capable d’innocence. Le silence et l’oubli n’étaient ni une fable,ni un conte, mais la promesse confiante que ces enfants trouveraient toujours un abri pour àleur tour aimer et donner la vie.


Or, au milieu du siècle dernier, le progrès des temps a porté au cœur des Etats d’Europe, le « Auschwitz-Erlass », la réalité technique de l’extermination de masse. Heinrich Himmler, commissaire du Reich pour le renforcement de la race allemande, décide le 16 Décembre 1942 de la destruction des « Zigeuner-mischlinge, rom-Zigeuner und balkanischen Zigeuner » du Grand Reich.


Dès le 4 octobre 1940, le Commandant militaire du Reich en France, Otto von Stülpnagel, ordonne : « Les Tsiganes (...) doivent être transférés dans des camps d’internement ». Le préfet de la Mayenne écrit le 23 octobre : « les chefs de brigade noteront spécialement ceuxdes nomades qui présentent les caractères ethniques distinctifs par quoi se signalent

extérieurement les individus d’origine nettement bohémienne, appelés encore « romanichels » ou « Tziganes ». »


Un quart de ceux qui sont ciblés par cette ordonnance française seront assassinés sur le territoire de l’Europe par l’administration unifiée et centralisée du Reich avec la complicité multiple et variable des États européens alliés et collaborateurs.


Nulle forêt ni caverne ne peut plus abriter les enfants de la violence meurtrière de l’Histoire. Avec les hommes, les femmes et les enfants a été détruite la possibilité de l’abri, du silence et de l’oubli.


Tout a été détruit, Monsieur le Président.


Avec la mort au mois de mars 1945 du « plus innocent d’entre nous », l’enfant que trouve Primo Levi dans un baraquement, abandonné de tous, celui dont il ne reste désormais rien que le nom inventé d’Hurbinek, que lui donne celui qui n’est pas mort, dans La Trêve, car nul de ceux, parlant toutes les langues d’Europe, qui sont là avec lui, ne connaît sa provenance ; avec la mort de celui qui n’a jamais appris à dire son nom car sa mère a été gazée et brûlée la nuit du 2 au 3 Août 1944, avant de le lui apprendre ; de puis cette nuit, ceux qui, depuis l’horizon de leur passé, avaient fait de l’oubli la condition de leur confiance dans le monde, n’ont plusla possibilité de l’anonymat et du silence.


Nul ne naît abandonné dans une aire d’accueil à La-Ferté-sous-Jouarre, dans un bidonville à Casilino, dans un bloc de la cité de Ferentari, ou dans l’Albacyn à Grenade, sans la conscience précise et écrasante d’une hostilité incompréhensible et coupable du monde à son égard. Le monde a perdu son innocence. Nous n’avons pas perdu notre amour. Mais désormais nous savons.

 

Et il nous revient de rebâtir l’abri où nos enfants aimant rachèteront l’innocence du monde. Dût-ce être aussi notre faute, désormais notre Histoire commence.

C’est pourquoi, Monsieur le Président, avec le réseau TernYpe (mouvement européen de la jeunesse rrom), nous vous invitons solennellement le 2 Août 2013 à Auschwitz, pour vous souvenir avec nous de la liquidation du « Zigeuner-familienlager » d’Auschwitz II –Birkenau,et du génocide des Rroms.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération

 

Télécharger la lettre

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvie ASSE
commenter cet article

commentaires

Invitez A Nous Lire

  • : Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • : Un outil pratique né des premiers rassemblements de citoyens sur les réseaux sociaux, nés au coeur de l'hiver 2012.
  • Contact

SOUTENEZ NOS ACTIONS

Cliquez sur l'image

comment-pouvez-vous-soutenir-nos-actions.png

Chercher Un Article

J'AIME CET ARTICLE

Pour augmenter l'audience de

cet article cliquez sur le petit coeur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Merci !

 

Pour ajouter des fans à notre page

de liens Facebook, cliquez sur ce lien.

like.jpg

 

Merci !

 

 

Archives

page-accueil.png

QUI SOMMES-NOUS ?

En janvier 2012, marqué par la souffrance des sans-abris, des sdf et des exclus, un groupe d’internautes se constitue en association de fait baptisée « Collectif Entraides Citoyennes ». Pendant un an, il soutient des projets dédiés au secours d’urgence nés de l’initiative de particuliers et d’associations. Quinze mois plus tard, le collectif décide d’intensifier son action et de devenir une association loi 1901 afin d’étendre son champ d’action.

Objet :

L’association « Entraides Citoyennes » a pour objet de :
1) soutenir toutes les personnes physiques ou morales dans leurs actions au bénéfice des sans-abris, des sdf et des victimes de l’exclusion qui lui en font la demande par : la communication de leurs actions ; l’organisation, la participation ou la coordination d’opérations pour renforcer leurs moyens et leurs ressources ; la collecte et la redistribution de produits de première nécessité : vêtements, hygiène, nourriture, matériel, etc. ; tout autre moyen qui fera l’objet d’une convention

2) soutenir directement les sans-abris, les sdf et les victimes de l’exclusion par tous les moyens, en vue d’un exercice effectif de leurs droits fondamentaux,  notamment : prêt et don de produits de première nécessité ; défense de leurs droits, libertés et intérêts devant toute juridiction administrative, civile ou pénale

Déclaration en préfecture de Paris le 04 06 2013 - RNA n° W751220057 - Publication au JO du 15 06 2013, N° d'annonce : 1418, N° de parution : 20130024.

Membres du CA et du bureau

Bulletin d'adhésion