Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 02:09

jean-francois-ayrault_plan_quinquennal_lutte_pauvrete.jpgJean-Marc Eyrault a présenté ce soir le plan quinquennal de lutte contre la pauvreté : minima sociaux, logement, jeunesse... Avec un financement - 2,5 milliards par an - sans moyens nouveaux, ce que déplorent plusieurs associations.

 

 

Télécharger le document in-extenso

 

Revalorisation des minima sociaux.

Le RSA «socle» qui ne représente plus que 43 % du smic sera revalorisé à hauteur de 10 % d'ici à 2017. Une première hausse de 2 % devrait intervenir en septembre 2013. Le RSA «socle» devra avoir, d'ici à dix ans, retrouvé le niveau relatif du RMI à sa création en 1989 qui était alors de 50 % du smic. Le sociologue Philippe Warin affirme que la moitié des personnes qui y auraient droit ne le réclament pas… Le gouvernement "réfléchit" à une garantie jeune pour les moins de 25 ans...

 

9000 places d'hébergement d'urgence pour les sans-abri
et les demandeurs d'asile

Les associations ont retenu le chiffre et ne manqueront pas de les rappeler au bon souvenir du Premier ministre. Une loi "égalité des territoires" est en projet.

Le plan prévoit la création ou la pérennisation en 2013 de 5000 places d'hébergement d'urgence, dont un tiers environ réservé aux femmes victimes de violence, et, entre 2013 et début 2014, la création de 4000 nouvelles places destinées aux demandeurs d'asile.

 

Revalorisation du plafond de la CMU

750.000 personnes supplémentaires vont pouvoir en bénéficier (c'est plus que ce qui avait été annoncé en décembre, à savoir 500.000). Il est en outre prévu une aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS), via le recours au fonds de financement de la CMU.

 

Une garantie jeune. 

Il s'agit d'une garantie équivalente au RSA, soit 500 euros, pour les18-25 ans qui n'ont ni emploi, ni formation. On ne sait pour le moment de cette mesure qu'elle sera instaurée progressivement à partir de septembre 2013 (sur 10 territoires) avant d'être généralisée.

 

Petite enfance

Le nombre d'enfants pauvres accueillis dans les crèches devra refléter la composition de la population locale, avec un minimum de 10%"

 

Le président délégué du Haut conseil de la famille, Bertrand Fragonard, doit réfléchir à la manière d'augmenter le niveau des prestations familiales au profit des familles monoparentales et nombreuses. Le montant de l’allocation de soutien familial (ASF) sera augmenté et le complément familial (CF) majoré.  

 

Allongement de la durée des contrats aidés. 

Elle passe de 8 à 12 mois. En 2012, 500.000 contrats aidés ont été financés.

 

Logement

L'objectif de construire 150.000 logements sociaux par an est maintenu. Le Premier ministre réunira les acteurs du logement social au premier trimestre. La mise en oeuvre d'une garantie universelle et solidaire des risques locatifs est à l'étude: elle sécuriserait à la fois les propriétaires, en les garantissant contre les loyers impayés et les locataires, dont l'entrée et le maintien dans le logement seraient facilités. Le plan prévoit la création ou la pérennisation en 2013 de 5.000 places d'hébergement d'urgence, dont un tiers environ réservé aux femmes victimes de violence. Entre 2013 et début 2014, 4.000 nouvelles places seront destinées aux demandeurs d'asile.

L'objectif de construire 150.000 logements sociaux par an est maintenu. La mise en oeuvre d'une garantie universelle et solidaire des risques locatifs est à l'étude pour sécuriser les propriétaires - en les garantissant contre les loyers impayés - et les locataires - dont l'entrée et le maintien dans le logement seraient facilités. 

L'objectif de construire 150.000 logements sociaux par an est maintenu. Le Premier ministre réunira les acteurs du logement social au premier trimestre. La mise en oeuvre d'une garantie universelle et solidaire des risques locatifs est à l'étude: elle sécuriserait à la fois les propriétaires, en les garantissant contre les loyers impayés et les locataires, dont l'entrée et le maintien dans le logement seraient facilités. Le plan prévoit la création ou la pérennisation en 2013 de 5.000 places d'hébergement d'urgence, dont un tiers environ réservé aux femmes victimes de violence. Entre 2013 et début 2014, 4.000 nouvelles places seront destinées aux demandeurs d'asile.

 

Surendettement
Il sera créé "un registre national des crédits aux particuliers, à l'occasion de la prochaine loi sur la consommation". Un groupe de travail doit réfléchir au lancement de "points conseils budget" par les banques, les associations et les collectivités locales. Ces points d'accueil conseilleront les personnes en difficultés financières.  

 

 

 

 

L'ensemble des mesures devrait coûter 2 à 2,5 milliards d'euros sur cinq ans. Jean-Marc Ayrault a assuré qu'il n'y aurait pas "d'impôt supplémentaire" pour financer le plan, ajoutant que l'effort sera financé par une "montée en puissance qui sera bien entendu inscrite dans notre budget (...). C'est simplement à l'intérieur du budget que nous faisons des choix".

 

 

 

Pour chaque mesure, «un ministère chef de file a été identifié et des éléments de calendrier ont été précisés». Comme annoncé, leur suivi, au global, sera confié à l'ancien secrétaire général de la CFDT François Chérèque, désormais inspecteur général des Affaires sociales.

 

Le gouvernement s'est, pour sa part, attaché à expliquer les modalités de mise en oeuvre, à grands renforts de «missions» (politique familiale) ou de «groupes de travail» (réforme de la Prime pour l'Emploi).

 

Plusieurs textes législatifs, déjà connus, contiendront par ailleurs des dispositifs de lutte contre les inégalités sociales (logement, vieillissement, santé, banques, consommation...), rappelle le document gouvernemental d'une cinquantaine de pages.

 

 

 

Annonce du plan quinquennal par Jean-Marc Eyrault : "des choix en matière de budget"

 

 

A propos du RSA

 

REACTIONS

 

Les associations d'aide aux démunis, dont la plupart avaient été associées à l'élaboration du plan, se sont dans l'ensemble montrées déçues par le manque de moyens nouveaux même si elles sont salué des "avancées".

 

ATD-Quart Monde a regretté que"les modalités indiquées dans le plan ne permettent pas de comprendre concrètement les moyens mis en place pour une véritable efficacité" tandis que pour le Secours catholique, "il manque souvent la traduction financière dédiée".

 

"Il n'y a pas de chiffrage des mesures", a aussi déploré la Fnars (associations d'insertions), qualifiant aussi de "mesurette" la "garantie jeunes" et déplorant le manque d'engagement sur les places d'hébergement au-delà de 2013.

 

Les organisations de précaires - Mouvement National des Chômeurs et Précaires, Droit au logement, Agir contre le chômage -  seront reçues mardi au ministère délégué à la lutte contre l'exclusion.

 

 

L’Association des paralysés de France (APF) tient à exprimer sa colère et sa déception au lendemain de l’annonce, par le Premier ministre, du plan quinquennal de lutte contre la pauvreté ! Les personnes en situation de handicap semblent n’avoir récolté que les miettes de ce plan anti-pauvreté ! En effet, comme le laissait présager la conférence éponyme, aucune mesure concrète et directe ne concernera les 2 millions de personnes en situation de handicap vivant sous le seuil de pauvreté. Les quelques « mesurettes » proposées par le gouvernement pour les personnes en situation de handicap ne sauraient constituer une réponse durable et efficace aux situations de précarité vécues quotidiennement par ces personnes. L’APF déplore que la pauvreté des personnes en situation de handicap ne soit pas à l’agenda du gouvernement qui ne mène pas, sur ce sujet, une politique transversale du handicap.

 

Comme annoncé lors de la conférence de lutte contre la pauvreté, le gouvernement a réaffirmé son intention de lutter contre les inégalités de soins en augmentant le plafond de ressources permettant le recours à l’ACS (aide à l’acquisition d’une complémentaire santé) et en permettant à ses bénéficiaires de profiter des tarifs sociaux du gaz et de l’électricité. Mis à part cette annonce, les autres « mesurettes » distillées dans ce plan quinquennal (introduction de la généralisation de l'évaluation de l'employabilité des bénéficiaires de l'AAH ; place des réseaux CAP Emploi dans le service public de l’emploi, etc.) ne permettront pas aux personnes en situation de handicap ne pouvant pas ou plus travailler de connaître une amélioration de leur quotidien !

 

L’APF déplore qu’aucune mesure directe ne vise les 2 millions de personnes en situation de handicap ou atteints de maladie invalidante et bénéficiant de l’AAH (allocation aux adultes handicapés) ou de pensions d’invalidité qui vivent toujours largement sous le seuil de pauvreté !

L’APF rappelle que l’augmentation de l’AAH de 25% en 5 ans ne constitue qu’un rattrapage de la perte du pouvoir d’achat subie par les personnes en situation de handicap ces 25 dernières années, et que cette augmentation de 25% a été largement grignotée par les nombreux frais supplémentaires auxquels ont dû faire face les personnes en situation de handicap : hausse du forfait hospitalier, franchises médicales, fiscalisation des indemnités accident du travail, déremboursement de médicaments, hausse du coût des mutuelles, mais aussi hausse du coût de la vie. Sans compter les pensions d’invalidité, qui elles, n’ont pas été revalorisées !

 

Par ailleurs, l’APF tient à souligner que les personnes bénéficiaires de l’AAH ou de pensions d’invalidité sont des personnes, dont les trois quarts, ne peuvent pas et ne pourront pas travailler en raison de leur handicap ou de leur état de santé ! L’emploi ne constitue donc pas pour elles un rempart contre la pauvreté ou la précarité ! Maintenir l’AAH sous le seuil de pauvreté et dans une logique de minimum social et ne pas revaloriser les pensions d’invalidité, c’est condamner les personnes en situation de handicap ne pouvant pas ou plus travailler, à vivre toute leur vie sous le seuil de pauvreté sans l’espoir d’en sortir.

L’APF regrette également que ni l’indexation annuelle sur l’inflation qui sera appliquée au RSA, ni l’individualisation de l’AAH n’aient été évoquées. Et pour finir, malgré le relèvement du plafond de la CMU-C, les personnes bénéficiaires de l’AAH ne pourront toujours pas y avoir accès.

 

Après avoir demandé à de nombreuses reprises à rencontrer le chef du gouvernement, l’APF sera enfin reçue, lundi 4 février, par le cabinet de Jean-Marc Ayrault pour évoquer les problèmes quotidiens des personnes en situation de handicap. L’APF attend beaucoup de cette rencontre : les personnes en situations de handicap ne veulent pas des miettes octroyées dans ce plan anti-pauvreté mais d’un vrai nouveau modèle social ambitieux !

 

 

 

Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et l'exclusion
10 et 11 décembre 2013 - Médecins du Monde

 

Sources


La dépêche

France Info

AFP

TF1NEWS

Le Parisien

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvie ASSE
commenter cet article

commentaires

Invitez A Nous Lire

  • : Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • : Un outil pratique né des premiers rassemblements de citoyens sur les réseaux sociaux, nés au coeur de l'hiver 2012.
  • Contact

SOUTENEZ NOS ACTIONS

Cliquez sur l'image

comment-pouvez-vous-soutenir-nos-actions.png

Chercher Un Article

J'AIME CET ARTICLE

Pour augmenter l'audience de

cet article cliquez sur le petit coeur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Merci !

 

Pour ajouter des fans à notre page

de liens Facebook, cliquez sur ce lien.

like.jpg

 

Merci !

 

 

Archives

page-accueil.png

QUI SOMMES-NOUS ?

En janvier 2012, marqué par la souffrance des sans-abris, des sdf et des exclus, un groupe d’internautes se constitue en association de fait baptisée « Collectif Entraides Citoyennes ». Pendant un an, il soutient des projets dédiés au secours d’urgence nés de l’initiative de particuliers et d’associations. Quinze mois plus tard, le collectif décide d’intensifier son action et de devenir une association loi 1901 afin d’étendre son champ d’action.

Objet :

L’association « Entraides Citoyennes » a pour objet de :
1) soutenir toutes les personnes physiques ou morales dans leurs actions au bénéfice des sans-abris, des sdf et des victimes de l’exclusion qui lui en font la demande par : la communication de leurs actions ; l’organisation, la participation ou la coordination d’opérations pour renforcer leurs moyens et leurs ressources ; la collecte et la redistribution de produits de première nécessité : vêtements, hygiène, nourriture, matériel, etc. ; tout autre moyen qui fera l’objet d’une convention

2) soutenir directement les sans-abris, les sdf et les victimes de l’exclusion par tous les moyens, en vue d’un exercice effectif de leurs droits fondamentaux,  notamment : prêt et don de produits de première nécessité ; défense de leurs droits, libertés et intérêts devant toute juridiction administrative, civile ou pénale

Déclaration en préfecture de Paris le 04 06 2013 - RNA n° W751220057 - Publication au JO du 15 06 2013, N° d'annonce : 1418, N° de parution : 20130024.

Membres du CA et du bureau

Bulletin d'adhésion