Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 02:02

Le pire vient d'être fait par ce gouvernement : nommer Manuel Valls premier ministre. Et qu'a-t-il fait juste avant d'abandonner le ministère de l'intérieur ? Vite fait bien fait, donner ses consignes pour multiplier les expulsions...


Tout ceux qui sont choqués par le traitement réservé aux roms en France le sont aujourd'hui par la nommination de ce ministre au plus haut poste du gouvernement...

« Les roms ont vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie » dit-il depuis des mois... Nous continuons de rappeler que le sort qui est le leur là bas est moins enviable que celui qu'ils supportent ici... Nous ne parvenons pas à comprendre que cet homme d'origine espagnole, qui a demandé et obtenu la nationalité française puisse refuser cette possibilité à d'autres en incitant à la haine raciale...

Nous vous invitons à relire la circulaire signée en août 2012 par tous les ministres concernés : une circulaire précisant les mesures d'anticipation et d'accompagnement des opérations d'évacuation des campements... Des mesures qui ne sont pas mises en place !

 
Le 115 ne propose dans le meilleur des cas que quelques nuits d'hôtel aux familles évacuées qui n'ont d'autre choix que de reconstruire leur campement là où elles peuvent...écouter de nouveau les propos de Manuel Valls à propos des roms et à (re)prendre connaissance des réactions les plus vives et les plus frappantes qu'ils ont suscités.

Nous vous invitons en suite à réécouter les propos de Manuel Valls et ceux de certains de ses détracteurs...


circulaire-roms.jpg

 

circulaire-roms-2.jpg

 

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE du 26/08/2012
relative à l’anticipation et à l’accompagnement
des opérations d’évacuation des campements illicites
Cliquez pour télécharger la circulaire au format .pdf

signature-circulaire.jpg

 

 

 

 

 

Quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de cœur. C’est un Français d’origine manouche qui t’écrit et qui écrit au Français de fraîche date que tu es. C’est un fils de « brigadiste » qui se rappelle à toi. Souviens-t’en: « Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir ».

 

Par Jean-Claude Lefort*

Député honoraire, Fils de Manouche

Le 01 09 2013

Manuel, tu as déclaré hier soir, sur BFMTV, que la situation était très différente pour toi, relativement à celle des Roms, car ta famille espagnole était venue en France pour fuir le franquisme.


Tu as été naturalisé français en 1982. Franco est mort en 1975. Sept ans avant ta naturalisation. Quand tu es devenu français, il n’y avait donc plus de dictature en Espagne. Tu avais donc « vocation », selon tes mots, à retourner dans ton pays de naissance, en Espagne. Tu ne l’as pas fait et je comprends parfaitement, de même que je comprends totalement ton souhait de devenir français. Cela sans l’ombre d’un doute.

 

Tu avais « vocation » à retourner à Barcelone, en Espagne où tu es né, pour reprendre tes propos qui concernaient uniquement les Roms. Celui qui t’écrit, en ce moment, est un Français d’origine manouche par son père. Mon père, manouche et français, est allé en 1936 en
 Espagne pour combattre le franquisme, les armes à la main, dans les Brigades internationales. Pour la liberté de ton pays de naissance, et donc celle de ta famille. Il en est mort**, Manuel. Des suites des blessures infligées par les franquistes sur le front de la Jarama, en 1937. Je ne te demande aucun remerciement, ni certainement pas la moindre compassion. Je la récuse par avance. Je suis honoré en vérité qu’il ait fait ce choix, quand bien même il a privé ma famille de sa présence alors que je n’avais que neuf ans et ma sœur, dix-huit.

 

La guerre mondiale est venue. Et les camps nazis se sont aussi ouverts aux Tziganes. Tu le sais. Mais un nombre énorme de Manouches, de Gitans et d’Espagnols se sont engagés dans la Résistance sur le sol français. Ton père aurait pu en être. Il en avait l’âge puisque il est né en 1923. Georges Séguy et d’autres sont entrés en résistance à seize ans. Je ne lui reproche aucunement de ne pas l’avoir fait, bien évidemment. Mais je te demande le respect absolu pour celles et ceux qui se sont engagés dans la Résistance contre le franquisme, puis ensuite contre le nazisme et le fascisme. Contre ceux qui avaient fait Guernica. Et pourtant, à te suivre, ils avaient « vocation » à retourner ou à rester dans leur pays d’origine, ces « étrangers, et nos frères pourtant »…

 

Manuel, « on » a accueilli la Roumanie et la Bulgarie dans l’Union européenne alors que ces pays ne respectaient pas, et ne respectent toujours pas, un des fondamentaux pour
 devenir ou être membre de l’Union européenne: 
le respect des minorités nationales. Sensible à cette question pour des raisons évidentes, je m’en étais fortement inquiété à l’époque. En tant que député, je suis allé à Bruxelles, auprès de la Commission, pour prouver et dire que ces pays ne respectaient pas cette clause fondamentale. On m’a souri au nez, figure-toi.

 

Et aujourd’hui, dans ces pays, la situation des Roms s’est encore aggravée. Pas améliorée, je dis bien «aggravée». Et ils ont « vocation » à rester dans leurs pays ou à y revenir? C’est donc, pour toi, une espèce humaine particulière qui pourrait, elle, supporter les brimades, les discriminations et les humiliations de toutes sortes ? Ces pays d’origine ne sont pas des dictatures, c’est certain. Mais ce ne sont pas des démocraties pleines et entières pour autant. Alors toi, l’Espagnol devenu français, tu ne comprends pas ? Fuir son pays, tu ne comprends pas ? Toi, tu ne comprends pas que personne n’a « vocation » à rester ou revenir dans son pays ? Sauf si tu es adepte de conceptions très spéciales, à savoir que ce qui vaudrait pour un Roumain ne vaudrait pas pour un Espagnol. Tu sais pourtant que le mot « race » va disparaître de nos lois. À juste titre car il n’y a pas de races, juste une espèce humaine. Et les Roms en sont.

 

La fermeté doit s’exercer là où se trouvent les responsabilités. Pas sur de pauvres individus qui n’en peuvent plus. Savoir accueillir et savoir faire respecter nos lois ne sont pas deux concepts antagoniques. Mais quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de cœur. C’est un Français d’origine manouche qui t’écrit et qui écrit au Français de fraîche date que tu es. C’est un fils de « brigadiste » qui se rappelle à toi. Souviens-t’en: « Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir. »


Pour l’heure, Manuel, j’ai la nausée. Tes propos me font gerber, même pire. Nos pères auraient donc fait tout ça pour rien ou pour « ça »?

Ils sont morts pour la France, Manuel. Pour que vive la France. Inclus « ces étrangers, et nos frères pourtant ».

 

 

 

*Homme politique français, né en 1944 à Paris, Jean-Claude Lefort est membre du Parti communiste français et a été député de 1988 à 2007. Membre de la Commission des Affaires étrangères, il proposa en 1998 la création d'une « commission d'enquête sur la part des responsabilités françaises dans le génocide perpétré au Rwanda ».

Vice-président de ce qui fut finalement la Mission d'information parlementaire sur le Rwanda, il se trouva en désaccord avec les conclusions finales du rapport de la Mission et refusa d'en être co-auteur. Jean-Claude Lefort est depuis 2007 le Président d'honneur d'Appui Rwanda, association de soutien aux rescapés du génocide des Tutsi au Rwanda.

Il est ré-élu député le 16 juin 2002, pour la XIIe législature (2002-2007), dans la dixième circonscription du Val-de-Marne. Le 16 août 2006, il a declaré que les « crimes de guerre commis au Liban par l'armée israélienne devraient être jugées par la Cour pénale internationale ».

Il a été rapporteur sur les relations économiques entre l'Union européenne et les États-Unis. En 2007, il ne se représenta pas. En mai 2009, il a été élu président de l'Association France Palestine Solidarité (AFPS), à l'issue du 2ème congrès de ce mouvement. Il succède à Bernard Ravenel.

 

** En 1953

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvie ASSE
commenter cet article

commentaires

Invitez A Nous Lire

  • : Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • Aidants des sans-abris, sdf et exclus
  • : Un outil pratique né des premiers rassemblements de citoyens sur les réseaux sociaux, nés au coeur de l'hiver 2012.
  • Contact

SOUTENEZ NOS ACTIONS

Cliquez sur l'image

comment-pouvez-vous-soutenir-nos-actions.png

Chercher Un Article

J'AIME CET ARTICLE

Pour augmenter l'audience de

cet article cliquez sur le petit coeur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Merci !

 

Pour ajouter des fans à notre page

de liens Facebook, cliquez sur ce lien.

like.jpg

 

Merci !

 

 

Archives

page-accueil.png

QUI SOMMES-NOUS ?

En janvier 2012, marqué par la souffrance des sans-abris, des sdf et des exclus, un groupe d’internautes se constitue en association de fait baptisée « Collectif Entraides Citoyennes ». Pendant un an, il soutient des projets dédiés au secours d’urgence nés de l’initiative de particuliers et d’associations. Quinze mois plus tard, le collectif décide d’intensifier son action et de devenir une association loi 1901 afin d’étendre son champ d’action.

Objet :

L’association « Entraides Citoyennes » a pour objet de :
1) soutenir toutes les personnes physiques ou morales dans leurs actions au bénéfice des sans-abris, des sdf et des victimes de l’exclusion qui lui en font la demande par : la communication de leurs actions ; l’organisation, la participation ou la coordination d’opérations pour renforcer leurs moyens et leurs ressources ; la collecte et la redistribution de produits de première nécessité : vêtements, hygiène, nourriture, matériel, etc. ; tout autre moyen qui fera l’objet d’une convention

2) soutenir directement les sans-abris, les sdf et les victimes de l’exclusion par tous les moyens, en vue d’un exercice effectif de leurs droits fondamentaux,  notamment : prêt et don de produits de première nécessité ; défense de leurs droits, libertés et intérêts devant toute juridiction administrative, civile ou pénale

Déclaration en préfecture de Paris le 04 06 2013 - RNA n° W751220057 - Publication au JO du 15 06 2013, N° d'annonce : 1418, N° de parution : 20130024.

Membres du CA et du bureau

Bulletin d'adhésion